fbpx

“Mon principal moteur, ce qui me pousse à agir, c’est l’harmonie”

"Mon principal moteur, ce qui me pousse à agir, c’est l’harmonie"

Aline Hudon - Consultante en formation et en amélioration continue

Aline fait parler son intelligence avec créativité depuis maintenant 20 ans chez Trigone. Quelle belle et longue carrière ! Découvrez la vision de son métier dans l’amélioration continue. 

Qu’est-ce que ça signifie pour toi, être consultante ?

Être consultante, c’est d’abord être à l’écoute des autres afin de faire émerger, ensemble, le besoin à combler. C’est ensuite se mettre tous en action pour atteindre le résultat attendu, dans le respect des objectifs et de la vision de l’organisation. C’est un métier passionnant qui me permet de rencontrer une foule de gens et d’être exposée à toutes sortes de réalités… d’apprendre en continu au contact des autres et au fil des projets.   

 

Qu’est-ce qui te motive tous les jours dans ta mission ?

Mon principal moteur, ce qui me pousse à agir, c’est l’harmonie. J’ai un côté créatif attiré par l’esthétisme, les arts en général, mais aussi un côté cartésien qui m’apporte rigueur et esprit de synthèse.

 

Savoir-être ou savoir-faire ?

En premier, le savoir-être pour bâtir et maintenir des relations harmonieuses. En deuxième, le savoir-faire pour mener à terme un mandat de façon efficace et efficiente.

 

Quels sont tes atouts ?

Ma sensibilité aux autres et ma facilité à apprendre. Très utiles pour concevoir du matériel de formation avec divers experts dans divers domaines qui me sont inconnus et pour animer des activités d’amélioration continue.

 

Un livre que tu recommandes ?

Biographic Kahlo de Sophie Collins, édition J’ai lu, 2019.

Pour Frida elle-même, pour son parcours hors des sentiers battus, son originalité artistique et pour le livre, d’une très belle facture avec son design graphique coloré et dynamique.

Aline Hudon - Consultante en formation et en amélioration continue

En tant que consultante, Aline cumule plus de 15 ans d’expertise en gestion de la formation, en conception de matériel pédagogique et en animation d’activités d’amélioration continue. Dans la vie, elle est passionnée par les arts et la culture, et est aquarelliste.

Read more

Les souhaits de nos consultants pour 2021 !

Comment les conseillers du Groupe Trigone perçoivent-ils l’année à venir ? Nous avons demandé à nos consultants de nous faire part de leurs souhaits pour 2021. Voici leurs pensées… :

Mahsan sharif - "Élever son plein potentiel"

"Entre la peur et l’incertitude, 2020 nous a invités à ralentir et réfléchir sur notre rythme de vie effréné. Je souhaite qu’en 2021 cette réflexion continue son chemin. C’est dans l’ouverture et l’accueil, selon moi, que les entreprises ont réussi à maintenir le cap. Entre toutes les stratégies mises en place pour survivre, il y a eu une connexion et une vraie cohésion d’équipe qui a permis à chacun de s’élever à son plein potentiel. Continuons de nous inspirer, de laisser notre ÊTRE prendre de l’ampleur et d’accomplir de grandes choses pour l’avenir."

Sans titre (7)

ALine Hudon - "être résiliente dans le changement"

"Être résiliente dans le changement, créative pour connecter avec ce qui me branche, et surtout… rester zen face à l’inconnu !"

Charles boudreault - "Des defis riches et stimulants"

"Je souhaite une année 2021 marquée par la reprise pour toutes les entreprises qui apportera à tous des défis riches et stimulants, où les contacts humains reprendront leur place. Une place dont nous ne sous-estimerons plus jamais l’importance."

marie-eve poitras - "partager mon savoir-faire"

"Partager mon savoir-faire ! Comme je fais beaucoup de choses que je suis la seule à maîtriser, le temps est venu de partager  !"

philippe satre - "l'état de coach"

Privilégier, appliquer et partager quotidiennement avec tous mes interlocuteurs, collègues, partenaires, clients, l’« ÉTAT DE COACH » indispensable en cette période pour assurer et renforcer la qualité de nos relations et de nos échanges. Centré — Ouvert — Accompagnant — Connecté — Hospitalité

martin jean - "pourquoi avant le comment"

Aider mes clients et les entreprises à comprendre le « pourquoi » avant le « comment ».

mikael tremblay - "la transformation numérique"

"Avec mes aptitudes dans le domaine, je souhaite en 2021 accompagner nos clients dans les avantages potentiels de la transformation numérique. Peu importe le cadre d’utilisation (recrutement, marque employeur, publicité...)."

virginie de seabra - "le sourire est le meilleur remède"

Professionnellement Année tremplin : atteindre des objectifs toujours plus hauts Année trépidante : orchestrer différentes demandes Personnellement Année « keep smiling », car le sourire est le meilleur remède à n’importe quels maux ! 😊 😊

samuel maugard - "une évolution des organisations"

"En 2021, on continue la décennie des années 20 avec une nouvelle réalité. On a pris le temps de s’adapter en 2020, et je suis persuadé que nous allons, en 2021, tendre vers une évolution des organisations et des individus centrée sur la collectivité et le développement durable de notre société."

myriam lagueux - "être la meilleure version de moi-même"

"Être la meilleure version de moi-même, en privilégiant l’apprentissage, l’ouverture et la résilience afin d’offrir mon plein potentiel à mes collègues, partenaires et clients."

L'équipe Trigone vous souhaite une belle et heureuse année 2021 !

Read more

“Je ne crois pas au hasard : j’avais un rendez-vous avec ce métier.”

"Je ne crois pas au hasard : j’avais un rendez-vous avec ce métier."

Mahsan Sharif - Consultante en ressources humaines et coach professionnelle certifiée

Pour Mahsan, notre voie est tracée, mais il faut parfois prendre rendez-vous avec son destin. Découvrez cette consultante de talent, qui mène sa barque d’une main ferme, le sourire aux lèvres ! 

Qu’est-ce que ça signifie, pour toi être consultante ?

C’est une aventure qu’on choisit. Une posture qu’on apprend et façonne à notre couleur en cohérence avec nos valeurs et notre essence. Une profession qui met de l’avant le savoir-faire et le savoir-être. Un métier qui demande de faire preuve d’excellentes qualités humaines, d’une grande écoute réelle des besoins de son client et une cocréation véritable basée sur une relation de confiance. Un travail passionnant où la routine se fait rare et il faut savoir bien naviguer son bateau dans les périodes de brouillard. Un monde fascinant où tu découvres de nombreux secteurs au fil des clients pour lesquels tu travailles et qui apporte une diversité de mandat. Et bien sûr, il faut savoir jongler et trouver son équilibre.

Pourquoi ne pas exercer un poste standard en ressources humaines ?

Mon entourage me pose souvent cette question lorsqu’il observe les différents mandats sur lesquelles je travaille, les heures de travail et les compromis que demande parfois ce métier. Je vous répondrais exactement ce que je réponds à ces belles personnes. Il y a maintenant deux ans que j’ai choisi le monde de la consultation. J’ai sauté à pieds joints dans ce nouvel univers ! J’avais autant d’interrogations que de défis. Naviguer dans le changement, croiser des zones grises et vivre de l’incertitude, accompagner toutes ces belles entreprises vers l’innovation qu’ils recherchent, de porter différents chapeaux, d’être à la fois un recruteur, coach, un chef d’orchestre…

Je me souviens encore de cette marche au centre-ville avec mon directeur où j’exprimais, à peine six mois après mon entrée en poste, que je ne pouvais plus retourner en arrière. J’étais là où je devais être dans ma carrière, tout simplement.

Je ne crois pas au hasard : j’avais un rendez-vous avec ce métier.

Savoir-être ou savoir-faire ?
Les deux sont, selon moi, la combinaison gagnante en entreprise. Elles sont complémentaires. Le savoir-faire met de l’avant votre habilité à mettre en œuvre votre expérience et vos connaissances et le savoir-être, met de l’avant votre attitude et vos valeurs qui vont refléter votre manière de réagir dans votre environnement professionnel.

Les deux, combinés ensemble, ouvrent une porte, selon moi, à savoir devenir : comment ces connaissances et ces compétences construisent ensemble l’avenir de demain.

Prenez contact avec moi ici pour discuter !

Mahsan sharif - Consultante en ressources humaines et coach

Consultante en ressources humaines et coach professionnelle certifiée PNL, Mahsan travaille dans le secteur des ressources humaines, depuis 2005. Elle se spécialise dans le coaching individuel et d’équipe, et se distingue dans le développement de consolidation d’équipe à l’aide de stratégies novatrices. Elle croit profondément aux talents de toutes et tous dans la réalisation de leurs cheminements personnels et professionnels.

Read more

“c’est dans nos croyances que nous plaçons notre vérité.”

"c'est dans nos croyances que nous plaçons notre vérité."

Samuel Maugard - Consultant en marketing numérique

Pour Samuel, c’est en se tenant droit, face aux vents et aux tempêtes que se créent les opportunités d’évolution ! 🌦 Apprenez-en davantage sur Samuel, son métier et ses projections pour l’avenir !

𝗤𝘂’𝗲𝘀𝘁-𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗰̧𝗮 𝘀𝗶𝗴𝗻𝗶𝗳𝗶𝗲 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘁𝗼𝗶, 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘀𝘂𝗹𝘁𝗮𝗻𝘁 ?
C’est l’art de poser les bonnes questions. En effet, toutes les questions ne mènent pas aux bonnes réponses, et les bonnes réponses ne sont révélées que par un questionnement précis et méthodologique. Ainsi, c’est pouvoir écouter et reprogrammer la pensée de son interlocuteur, accorder de l’importance aux mots, mesurer leur puissance, leur portée, et les cristalliser dans le contexte de notre client.

Précisément, être consultant, c’est être un observateur actif, mettre en place des outils d’investigation spécifiques avec une grille de lecture pertinente, afin de développer une connaissance approfondie d’une organisation, des personnes qui la composent et de leur environnement.

Au final, le consultant c’est un peu le psychanalyste des entreprises; on va creuser le passé et le présent, peut-être faire ressortir des émotions, afin de mieux aborder le futur.

𝗟𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗳𝗶𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝟮𝟬𝟮𝟭 𝗲𝘁 𝗹𝗮 𝗱𝗲́𝗰𝗲𝗻𝗻𝗶𝗲 ?
Cette prochaine année s’annonce riche en défis que je vois notamment sur trois volets.
Dans un premier volet, la fréquence des crises va augmenter dans la prochaine décennie et celles-ci seront plus rapprochées entre elles, ce qui forcera les entreprises à se réadapter constamment et à replanifier leurs stratégies dans des laps de temps beaucoup plus courts. Au final, les entreprises devront développer des capacités de contraction, se rétractant rapidement lors de passages difficiles et se redéployant rapidement lors des moments plus prospères. À la manière d’un escargot, une course lente, mais une capacité d’adaptation à l’environnement active.

Concernant le second volet, la crise de la main-d’œuvre au Québec était déjà un problème bien avant la crise pandémique, avec des répercussions sévères sur la transmission des savoirs et la relève. Ce sera d’autant plus vrai en 2021 lorsque la pandémie sera derrière nous, car le retard accumulé en matière de recrutement et d’immigration pèsera dans la balance du développement économique du Québec. Il faudra alors développer une marque employeur distinctive et forte, pour attirer les meilleurs candidats dans un contexte ultra concurrentiel et pouvoir retenir ses talents dans le cadre de la relève.

Enfin, le dernier volet concernera la transformation numérique et est vraiment lié avec le premier volet. Les entreprises, pour développer leur capacité de contraction, devront prendre des décisions rapidement avec des données concrètes sur le terrain à l’aide d’outils de gestion en temps réel. Le métier de « data scientist » pour traiter ces données massives va prendre de plus en plus de place et nous verrons l’arrivée des physiciens dans le secteur du marketing, car ils savent déjà traiter un nombre illimité de données, de variables et faire des simulations afin d’avoir le message le plus pertinent pour l’audience ou déterminer la direction à prendre pour l’entreprise. Dans tous les cas, chez Trigone, mes collaborateurs et moi-même seront là pour vous aider à surmonter ces défis futurs.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗲𝘅𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́𝗲 ?
Celle que j’affectionne particulièrement est « La vérité, nul homme ne l’a vue, nul homme ne peut la voir et nul homme ne la connaitra » d’un philosophe grec inconnu. Elle démontre que l’on n’est sûr de rien, et que quand on n’est sûr de rien, il faut croire. Ce sont nos croyances qui nous permettront d’avancer et de nous motiver à nous développer, car c’est dans nos croyances que nous plaçons notre vérité.

 

Prenez rendez-vous gratuitement avec Samuel !

Samuel Maugard

Fort de plus de 10 ans d’expérience dans l’accompagnement des entreprises, Samuel est un professionnel rompu aux stratégies du marketing digital et de la communication numérique. Il fait preuve d’une connaissance à 360 degrés de l’entreprise et ses compétences transversales autant en ressources humaines qu’en ventes lui permettent de discerner les différents enjeux de ces départements et d’apporter des solutions innovantes. Curieux de nature, Samuel s’intéresse beaucoup aux domaines des sciences humaines et est passionné par les dynamiques de groupe.

Read more

Se réinventer, se repositionner : une approche centrée sur l’humain

Se réinventer, se repositionner : une approche centrée sur l’humain

Myriam Lagueux - Consultante en management stratégique

Au sein de cette nouvelle réalité, encore quelque peu trouble, la gestion de la créativité et de l’innovation est une nécessité afin d’optimiser la performance de votre organisation.

L’innovation n’est pas une percée révolutionnaire. Elle se distingue par l’introduction de nouveautés au sein de l’entreprise, que ce soit par le développement de nouveaux produits ou services ou encore par l’amélioration de processus d’affaires. L’innovation s’inscrit également dans des améliorations simples et progressives au sein de votre entreprise, peu importe le département.

La créativité et l’innovation au sein des organisations débutent par une culture d’entreprise souple, misant sur l’adaptabilité, l’écoute et le partage. Cette culture d’innovation doit être présente au sein de l’ensemble de l’entreprise, tous départements confondus, afin de favoriser les échanges entre les différentes équipes. Cette culture s’immisce à tous les niveaux : de la façon dont nous nous posons des questions jusqu’à la manière dont nous y répondons.

L’innovation devient alors une façon de jumeler des objectifs organisationnels à des objectifs cognitifs individuels ou collectifs. Les bénéfices d’une culture de l’innovation au sein d’une organisation peuvent se situer à différents niveaux :

  • L’amélioration des ventes et de la relation client en proposant une valeur ajoutée ;
  • Une efficacité opérationnelle accrue par l’optimisation des processus et des objectifs à long terme ;
  • L’amélioration du positionnement de l’entreprise dans le marché en se distinguant de la concurrence ;
  • La consolidation des équipes par leur implication au sein de l’ensemble du processus, menant également à un sentiment d’appartenance accru et une motivation élevée.

Une des méthodes d’innovation maintenant bien connue dans le monde des affaires, et d’autant plus pertinente aujourd’hui et pour les années à venir, est celle du Design Thinking. Cette approche centrée sur l’humain permet de se mettre dans la peau des gens concernés afin de mieux saisir leurs enjeux et ainsi trouver de meilleures solutions. Articulé autour de cinq grandes étapes, le processus du Design Thinking nécessite du temps, mais peut s’effectuer relativement rapidement, en quelques mois :

  1. Faire preuve d’empathie, en allant chercher des données qualitatives et quantitatives auprès des gens concernés, afin d’en apprendre davantage sur leurs enjeux ;
  2. Définir la problématique, pour aligner les équipes sur les enjeux principaux ;
  3. Générer des idées, afin de faire ressortir des solutions créatives aux enjeux soulevés ;
  4. Créer un prototype de la ou des principales solutions soulevées afin de recueillir des rétroactions et améliorer les solutions ;
  5. Tester la solution optimale auprès des gens concernés afin de la valider et de l’optimiser avant son grand déploiement.

Ce type d’approche demande une connaissance approfondie du processus, ainsi qu’un accompagnement soutenu afin de mobiliser l’ensemble de l’organisation. N’hésitez pas à entrer en contact avec moi pour en apprendre davantage.

Myriam Lagueux

Experte en analyse de besoins, en optimisation de processus et en planification stratégique. Forte de son expérience dans le domaine de la gestion de projets au sein d’un milieu créatif, ainsi que de son implication auprès de leaders internationaux du monde des affaires, Myriam détient une maîtrise en gestion avec une spécialisation en management du HEC Montréal. Elle est reconnue comme une personne rigoureuse, dynamique et collaborative. En tant que consultante chez Trigone, elle bonifiera notre offre de service de son expertise en design thinking et en management stratégique.

Read more

Le réseautage numérique : un outil pour faire tomber l’enjeu de la distanciation sociale… même en affaire !

Le réseautage numérique : un outil pour faire tomber l’enjeu de la distanciation sociale… même en affaire !

Mikael Tremblay - Consultant en marketing

Nous avons vécu une situation plus qu’exceptionnelle. Elle affecte non seulement nos vies personnelles, mais aussi plusieurs entreprises, qui doivent s’adapter pour rester à flot. Chaque industrie essaie de rester active et de sauter la barrière de la distanciation sociale à sa façon.

Dans ce contexte de changement, il peut sembler difficile de rester proche de nos réseaux habituels. Il est tout de même primordial d’y arriver, car les réouvertures se passent maintenant.

Dans les derniers mois, de nombreuses organisations ont mis beaucoup d’énergie pour informer leurs clients et fournisseurs de leur situation. Plusieurs d’entre eux ont utilisé les réseaux sociaux et leur site Internet pour divulguer leurs messages. Par exemple, Trigone a implanté une stratégie de contenu visant à informer rapidement et progressivement la clientèle. Ce genre de démarche est importante en temps normal, mais l’est encore plus pendant des situations aussi turbulentes. D’autres groupes ont mis en place des systèmes de communication de crise, regroupant une approche humaine, claire et transparente.

Mais qu’en est-il de votre propre présence numérique ?

Le réseautage numérique fait partie des solutions fortement conseillées pour surmonter cet enjeu. Plusieurs personnes peuvent croire que le réseautage n’a plus lieu d’être à cause de cette période de crise, mais ce n’est pas le cas. Avec la croissance fulgurante du numérique, plusieurs types de possibilités s’offrent maintenant à nous pour réussir à surmonter la distance.

Voici quelques actions qui pourraient s’avérer payantes.

 

Image personnelle 

 

·         Tenir à jour vos renseignements personnels pour paraître actif. L’actualisation des informations sur vos profils (compétences, scolarité, emploi, etc.) peut vous ouvrir bien des portes ;

·     Accorder une importance capitale à votre marque personnelle, en faisant attention à votre contenu et à l’aspect global de vos visuels sur les différents réseaux. Il est important d’orienter vos positionnements en fonction des situations et de comprendre que chaque interaction doit refléter votre image professionnelle ;

·         Insérer une valeur ajoutée dans chacune de vos publications. Il peut s’agir de votre opinion ou simplement d’une observation ;

·      Ne pas hésiter à mettre de l’avant vos réussites, vos bons coups, mais aussi votre cheminement. Vous devez être authentique.;

·         Privilégier une mise en forme dynamique et tape-à-l’œil. Peu importe la plateforme, vos publications doivent se démarquer pour attirer l’attention ;

·   Vérifier régulièrement vos statistiques, disponibles gratuitement sur différentes plateformes, pour faire évoluer vos profils et vos référencements. Pensons entre autres à LinkedIn, qui vous autorise à analyser certaines statistiques précises.

 

Prospection 

 

·    Rester actif sur plusieurs plateformes simultanément (LinkedIn, Facebook, etc.). L’utilisation d’un calendrier de publication pourrait faciliter grandement votre structuration à ce niveau ;

·         Faire une analyse sommaire de profil avant d’aller échanger avec les nouveaux contacts, pour identifier des points pertinents à utiliser dans la stratégie d’approche. Vous pourrez en apprendre plus sur les centres d’intérêt, le parcours académique et les spécialités de votre client potentiel ;

·         Utiliser les mots-clics (hashtags) à bon escient pour accroître la visibilité de vos postes. Vous pouvez en utiliser des déjà existants, mais vous aurez aussi la possibilité d’en créer de nouveaux à votre image ;

·        Structurer et orienter votre tribune en créant un calendrier de publications. Celui-ci vous permettra de maintenir le cap sur vos objectifs ;

·    Participer à des activités virtuelles régionales, telles que des 5 à 7 virtuels, des ateliers et des séances de rencontre d’affaires (speed meeting) ;

·      S’inscrire et interagir sur des réseaux sociaux spécialisés dans un secteur d’activité. Par exemple, Food Connexion qui est un réseau spécialisé dans la restauration ;

·        Être actif dans les discussions de groupe et dans les éléments partagés par votre réseau. Pour se faire voir, il est important d’être actif aussi dans votre fil d’actualité. Attribuez des mentions « J’aime » et commentez des publications pour faire vivre votre réseau.

 

Relation client 

 

·         Dialoguer avec le maximum de personnes, en restant toujours pertinent et non intrusif ;

·         Relancer les clients potentiels et clients, tout en restant conscient de la situation actuelle. Une crise comme la COVID-19 peut pousser des entreprises dans l’incertitude. Il est donc important, lors de vos relances, de rassurer vos clients/prospects ;

·     Rester transparent dans vos propos pour projeter adéquatement vos pensées. Vous devez être franc et ne pas tomber dans l’engrenage des mensonges. Si vous ne le faites pas, vous pourriez perdre le contrôle de votre cyberespace.

 

Cette démarche peut être un enjeu pour les gens qui n’utilisent pas souvent les réseaux sociaux. Cependant, plusieurs services d’accompagnement sont maintenant offerts sur le marché (accompagnement dans la croissance de la e-réputation, soutien dans l’appropriation des outils numériques, etc.). D’ailleurs, Trigone peut vous aider dans ce processus. Malgré tout, ces quelques astuces pour demeurer actif ne demandent pas beaucoup de connaissances techniques spécifiques et vous permettront une organisation optimale de votre temps. Réjouissez-vous : plus besoin de passer des heures interminables dans les bouchons !

En plus de vous aider à faire face à la réalité de la distanciation sociale en affaire, le réseautage numérique aura des retombées positives non seulement sur l’entreprise du salarié, mais aussi sur la réputation de ce dernier. À l’interne, il sera actif et professionnel en continuant à animer ses réseaux. D’un point de vue externe, le salarié augmentera considérablement sa visibilité et sa notoriété, et celle de l’entreprise, par la bande. Évidemment, cela demandera structure, initiative et implication. 

Il est très important de garder en tête qu’une approche numérique n’aura pas nécessairement les mêmes retombés qu’une approche face à face. Par contre, dans certains cas, l’implantation de ces nouvelles méthodes de démarchage facilitera le contact. Par exemple, certains projets internationaux pourront démarrer ou continuer. Le réseautage numérique n’est pas un phénomène nouveau, il existe déjà depuis plusieurs années. Toutefois, la situation actuelle nous pousse à prendre le temps de nous y attarder plus sérieusement, puisque chaque petit geste posé peut mener à la création de liens de confiance, qui pourront donner naissance à de beaux projets professionnels.

Comme le disait le romancier et nouvelliste William Faulkner : « Se donner le mal pour les petites choses c’est parvenir aux grandes avec le temps. »

 

Alors, qu’attendez-vous pour cultiver votre réseautage numérique ?

 

Mikael tremblay

Fraîchement sorti de ses études en administration volet Gestion de commerces, Mikaël cumule déjà 2 ans d’expérience dans le monde des communications et du marketing. Sa passion pour la technologie et pour le numérique lui offrira la possibilité de faire évoluer rapidement ses aptitudes. En tant que consultant, ses compétences et connaissances en constant rafraîchissement lui permettront d’insuffler un vent de renouveau chez ses clients.

Read more

Comment le coaching peut-il m’aider à aligner mes talents et mon potentiel avec mes valeurs ?

Comment le coaching peut-il m’aider à aligner mes talents et mon potentiel avec mes valeurs ?

Philippe Satre - Consultant en management et coach professionnel

Qu’est-ce qui est important pour moi ?

Bien que pouvant paraître anodine à première vue, cette question constitue en réalité la clé de voute de l’ensemble de tous nos parcours de vie : professionnel, personnel, familial, amical…

Commencer à y répondre va nous amener à entamer un voyage intérieur profond, puissant, source de transformations multiples et souvent irréversibles.

Une fois listées les premières réponses de base et les banalités d’usage : le bonheur, la santé, la famille, l’argent, commence une introspection beaucoup plus complexe, menant parfois à un silence intérieur annonciateur de prises de conscience majeures.

En effet cette question nous invite à nous (re) définir, dans toutes les sphères de notre vie, à mettre en avant ce que nous sommes vraiment, et à identifier ce vers quoi nous souhaitons évoluer.

Professionnellement, cette question nous amène très rapidement à nous situer dans un triangle reliant : 

  • nos objectifs et nos enjeux,
  • les équipes et individus que nous côtoyons,
  • les processus et les technologies qui nous entourent.

L’équilibre entre ces 3 composantes est à la base de ce qui est vraiment important pour nous et constitue un gage de réussite et de succès pour les organisations au sein desquelles nous agissons. Cet équilibre s’appuie sur la révélation et l’utilisation de nos talents et de notre potentiel comme pierre angulaire de tout l’édifice.

L’impact d’un accompagnement en coaching dans le cadre de cette démarche par des professionnels certifiés s’avère gagnant à plus d’un titre. Alain Cardon (maître Coach ICF)*, offre une de plus belles définitions du coaching :

« Le coaching est l’accompagnement du dialogue intérieur d’une personne centré sur l’atteinte d’un résultat. »  

Ce dialogue intérieur nous fait rêver, avancer, créer, nous l’expérimentons tous à longueur de journée. Selon les circonstances, il nous anime, nous motive, nous protège, il est notre moteur, mais aussi notre frein. Il constitue la quintessence de notre force, et en même temps celle de notre faiblesse ; il nous propulse et nous stresse, nous rend heureux et malheureux, il amplifie le rêve ou l’annihile, il est notre ami le plus proche et notre ennemi le plus vicieux.

L’accompagnement de ce dialogue par un coach certifié dans le but d’atteindre un résultat désiré, associé aux techniques qu’il nous propose, nous permet d’explorer un territoire infini que nous avons trop souvent réduit à « notre propre carte du monde ».

Qu’il s’agisse de nos relations avec les autres, de nos objectifs professionnels, de nos valeurs, de nos comportements, de nos croyances, de nos capacités, la puissance et l’impact d’une question posée par un coach expérimenté à notre écoute, et des techniques qu’il emploie, nous ouvre les portes sur la quantité infinie de ressources que nous possédons, et que nous avons éteintes au fil des expériences et des épreuves que nous avons vécues.

Qu’il connaisse ou pas notre domaine professionnel, qu’il soit familier ou non avec nos enjeux, l’écoute active du coach, la pertinence et la puissance de ses questions, le respect qu’il accorde à nos silences, ses techniques, sont autant de portes qu’il va nous permettre d’ouvrir sur des facettes parfois inconnues de nous-mêmes et sur notre prise de conscience de leur impact sur l’atteinte de notre objectif.

L’approche solutions, proposée par le coach, rend évidente la vérité selon laquelle « si quelque chose ne marche pas, nous pouvons changer notre façon de faire. ».

Cette approche nous amène dans le même temps à réaliser que

« le sens de ce que nous communiquons est dans la réponse que nous obtenons. »,

que ce soit avec les autres ou envers nous-mêmes.

La parenthèse, parfois inattendue, que nous ouvrons dans notre emploi du temps pour laisser libre cours à ces silences introspectifs et ces expérimentations en compagnie d’un coach, ne se referme jamais tout à fait. Elle reste ouverte longtemps après la fin de la séance et continue à distiller les bienfaits associés aux ressources que nous avons réactivées ou celles que nous avons découvertes durant cette expérience.

Un coach n’est pas un psychologue, il n’est pas non plus un mentor ni un conseiller. Il n’a pas pour prétention de nous amener des solutions ou de nous montrer le chemin. Un coach n’a pas pour objectif de nous dire ce qui est vrai ou faux, ce qui est bon ou mauvais.

Un coach est d’abord et avant tout un catalyseur de changement. Il s’applique à nous accompagner dans la mise en lumière de ce qui fonctionne pour nous, dans le but d’atteindre notre résultat désiré. Sa posture est directement centrée sur l’accompagnement et la mise en action. Le coach nous amène à renforcer notre autonomie et à déployer notre plein potentiel.

La présence et l’accompagnement d’un coach, son écoute, la puissance des techniques de communication qu’il nous propose, sont autant d’outils qu’il nous offre pour :

  • trouver des solutions face à un obstacle qui freine notre progression et nous empêche d’agir efficacement,
  • progresser dans le développement de nos habiletés relationnelles,
  • améliorer nos capacités de gestion et d’optimisation de notre leadership au quotidien,
  • définir nos stratégies et nos plans d’action,
  • développer une cohésion entre notre environnement et ce que nous sommes,
  • optimiser notre parcours professionnel et relationnel.

Au même titre qu’il est aujourd’hui inimaginable de penser qu’un athlète de haut niveau puisse obtenir les résultats souhaités sans l’aide précieuse de son coach, il devient de plus en plus évident que le coaching est désormais accessible à tous, quels que soient la profession que l’on exerce et le domaine dans lequel nous évoluons.

LA QUESTION AUJOURD’HUI N’EST PLUS DE SAVOIR SI LE COACHING EST UN OUTIL PERTINENT. ELLE VISE PLUTÔT À CHOISIR UNE DÉMARCHE DE COACHING APPROPRIÉE ET PROFESSIONNELLE. EN CE SENS, UN PARCOURS CRÉDIBLE, UNE FORMATION RECONNUE ET UNE CERTIFICATION OFFICIELLE SONT LES CRITÈRES DE BASE À PRENDRE EN COMPTE POUR QUICONQUE DÉSIRE ENTAMER CETTE DÉMARCHE.
LA QUALITÉ ET LES DÉCOUVERTES ISSUES DU VOYAGE QUI SUIVRA EN DÉPENDENT.

 *International Coach Federation

 

Philippe Satre

Au cours de ses 25 années d'implication en management organisationnel et gestion du changement au sein d'entreprises œuvrant en technologies de l'information, Philippe a toujours mis l'humain et la communication au premier plan de ses actions et de ses priorités. Aujourd'hui coach professionnel certifié en PNL, il accompagne les organisations, les équipes et les individus dans l'atteinte de leurs objectifs de performance organisationnelle et d'évolution humaine.

Read more

Au cœur d’une expérience enrichissante

Au cœur d’une expérience enrichissante

Marie-Eve Poitras - Consultante en ressources humaines

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Un proverbe qui signifie beaucoup de choses dans le contexte actuel. Le besoin d’exister, de partager, de se réinventer. Avoir besoin de sentir que de petites actions quotidiennes font une différence dans la vie des autres. Une manière de nous conforter, de nous rappeler que nous ne sommes pas seuls.

Quand nous y pensons, ces besoins ne sont pas si loin de ceux que préconise la Pyramide de Maslow. Le besoin d’appartenance vient tout juste après le besoin de sécurité, qui suit directement les besoins de base. Il est au centre de la pyramide Un parallèle possible avec le contexte actuel ? Possiblement. L’employé, qui travaille dans un service essentiel actuellement ou qui est mis à pied temporairement, a besoin de se sentir sécurisé, rassuré (besoin de sécurité). Cet employé garde en mémoire l’équipe dans laquelle il jouait un rôle important, avant. Il se souvient de la différence qu’il a faite dans la vie des gens, avant. Il se souvient de ce qu’il aimait de son rôle professionnel d’avant, il vit présentement un changement significatif. Il éprouve un certain ressentiment et se pose de nombreuses questions. Il sait qu’il doit donner tout ce qu’il peut à sa manière pour faire avancer les choses qui sont pourtant « sur pause ». Il sait que de sa maison, de son bureau vide ou de son lieu de travail jugé essentiel, il doit continuer à faire la différence. 

Ce même employé ne sait pas de quoi sera fait demain, mais…

Son cœur a une mémoire. Comme le disait Voltaire : « Ce qui touche le cœur se grave dans la mémoire ». Cet employé se souviendra de quoi était fait son emploi d’avant et, malgré tous les changements, il s’attendra à trouver au retour le même bonheur et la même fierté. Durant un moment, il recherchera les mêmes bonheurs qu’avant. Il tentera de se raccrocher à ce qu’il aimait de son environnement, de ses relations avec les gens qui ont fait une différence pour lui.

Il va sans dire qu’un million de choses seront différentes à son retour au travail, au-delà des règles de distanciation sociale. Une chose sera toutefois toujours aussi présente, toujours aussi nécessaire pour lui : son sentiment d’appartenance. Pourquoi ?

·         Parce que l’employé, qu’il travaille physiquement dans un service essentiel, qu’il soit en télétravail ou en mise à pied temporaire, demeure un employé avec le besoin de sentir qu’il appartient à une équipe et qu’il occupe une place importante au sein de celle-ci.

·         Parce que beaucoup de ses repères ont changé, il doit pouvoir compter sur une équipe, sur des gens qui vivent sensiblement la même situation que lui et qui respectent son cheminement.

·         Parce que l’employé a besoin de ressentir les valeurs d’équité et de justice dans son milieu de travail, qu’il y soit physiquement ou non.

·         Parce que l’employé souhaite miser sur la qualité de la relation avec son gestionnaire. Il reconnaît la confiance qui lui est accordée et a besoin de la ressentir, grâce à l’écoute active dont il bénéficie et l’information qui lui est transmise.

·         Parce que l’employé a besoin de sentir qu’il appartient à un groupe, que ses pairs l’apprécient.

·         Parce que la qualité des relations qu’il entretient avec son équipe de travail est primordiale, peu importe la situation dans laquelle il se trouve.

·         Parce qu’au-delà de tout ce chamboulement, l’employé aura vécu une expérience des plus enrichissantes et qu’il aura le désir de la partager avec des gens qui compte pour lui.

C’est donc au cœur d’une expérience de travail différente que l’employeur retrouvera son équipe. Des employés qui auront besoin d’être rassurés, informés et écoutés. Plus que jamais, le gestionnaire qui mobilise son équipe comprend qu’il crée un lien affectif entre ses employés et son organisation.

Ensemble, nous pouvons faire la différence pour tous les employés qui auront à reprendre le travail différemment, mais avec le même plaisir qu’avant. Seul, l’employé peut recommencer. Ensemble, nous pouvons l’amener plus loin ♥.

Sources :

https://www.lesaffaires.com/blogues/olivier-schmouker/covid-19-votre-boss-est-il-a-la-hauteur-de-la-situation/617284?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=le-matin_22-avril-2020&oft_id=62747275&oft_k=5aqBPKMH&oft_lk=JGo8Me&oft_d=637231452862400000&fpid=266289&m32_fp_id=jgsTgR&ctx=newsletter&m32_fp_ctx=DI_MASTER_Relational

https://www.welcometothejungle.com/fr/articles/interview-apres-confinement-entreprise?utm_content=buffer2152c&utm_medium=social&utm_source=linkedin&utm_campaign=buffer

https://www.revuegestion.ca/donner-un-sens-au-travail-pour-stimuler-la-qualite-de-vie-au-travail

 

https://www.revuegestion.ca/bonheur-au-travail-les-trois-conditions-de-la-reussite

Marie-Eve poitras

Impliquée dans son milieu professionnel, Marie-Eve cumule 7 ans d’expérience en ressources humaines, notamment en recrutement et en équité salariale. Elle est spécialisée dans les environnements industriels et de services. Dans la vie, elle est passionnée par l’humain, surtout par ses petits humains à elle.

Read more

Entre optimisme et pessimisme

Entre optimisme et pessimisme

Philippe Satre - Consultant en management et coach professionnel

« Le pessimiste se plaint du vent, l’optimiste espère qu’il va changer, le réaliste ajuste ses voiles. ».

Cette citation de William Arthur Ward, qui circule beaucoup en ce moment, constitue une excellente entrée en matière pour aborder un sujet d’actualité en cette période de pandémie mondiale. Sujet d’autant plus d’actualité que fleurissent depuis quelques semaines aux fenêtres de nos habitations de magnifiques arcs-en-ciel accompagnés de la mention « Ça va bien aller », destinés à transmettre aux rares passants un message d’espoir et d’optimisme en cette période de confinement qui s’éternise.

Selon Boris Cyrulnik « Il faut comprendre que le pessimisme ou l’optimisme n’ont rien à voir avec la réalité. Ils sont fonction de la représentation que l’on se fait du réel. »

Les optimistes et les pessimistes seraient-ils donc « déconnectés » de la réalité et les réalistes les plus aptes à l’appréhender et l’apprécier ?

Adoptons-nous l’un ou l’autre de ces traits de personnalité au gré des circonstances, ou sommes-nous en tout temps amenés à pencher vers un seul d’entre eux ?

Relisons tout d’abord les définitions de ces trois états d’esprit auxquels nous sommes constamment confrontés dans nos vies de tous les jours.

Optimisme : Disposition d’esprit qui incline à prendre les choses du bon côté.

Pessimisme : Tendance de quelqu’un qui, par caractère ou après réflexion, prévoit une issue fâcheuse aux événements, à la situation, qui en attend le pire.

Réalisme : Attitude qui tient compte de la réalité telle qu’elle est.

Plusieurs approches peuvent être utilisées pour aborder ce sujet. J’ai choisi de le traiter à partir d’un outil que nous utilisons très souvent dans le cadre de la plupart de nos accompagnements en coaching :

« Les niveaux logiques ».

D’après Robert Dilts (1), qui a repris ici les travaux de Gregory Bateson (2) relatifs aux différents niveaux d’apprentissage, l’être humain est psychologiquement structuré selon 6 « niveaux logiques » qui interagissent en permanence pour influencer nos pensées, nos actions, et nos interactions avec les autres.

Ces 6 niveaux logiques sont représentés sous la forme d’une pyramide :

La pyramide des niveaux logiques de Robert Dilts se lit et se comprend en commençant par sa base et en remontant jusqu’à son sommet.

L’ENVIRONNEMENT : Où ? Quand ? Avec qui ?…

L’ENVIRONNEMENT constitue le fondement de la pyramide. Il représente le contexte dans lequel nous évoluons, le milieu physique et géographique dans lequel nous nous trouvons, l’ambiance qui règne autour de nous, les personnes avec lesquelles nous interagissons.

LES COMPORTEMENTS : Quoi ?…

Au sein de cet environnement, nous adoptons des COMPORTEMENTS, des façons de faire, de communiquer.

LES CAPACITÉS/LES RESSOURCES : Comment ?…

Nos comportements sont issus de nos CAPACITÉS, de nos RESSOURCES internes, qui définissent nos stratégies. Quelles sont ces ressources, ces aptitudes, ces capacités ? Quelles sont nos forces ?

LES VALEURS/LES CROYANCES : Pourquoi ?… Pour quoi ?…

Ces capacités, ces ressources sont directement déterminées, construites, ou développées à partir de nos

VALEURS, et de nos CROYANCES. Ces dernières définissent et établissent ce qui est important pour nous, et donc notre degré de satisfaction, notre acceptation ou notre rejet d’une situation donnée.

Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ? Pour qui le faisons-nous ?

L’IDENTITÉ : Qui ?…

L’IDENTITÉ constitue l’avant-dernier niveau logique. Il définit qui nous sommes quand nous faisons ce que nous faisons, et quelle MISSION nous nous sommes donnée en lien avec nos croyances et nos valeurs, mais aussi en fonction de notre statut social et/ou professionnel.

LA VISION : Qui et quoi d’autre ?…

À la pointe de la pyramide se situe la VISION, illustrant ce à quoi nous contribuons de plus grand que nous en lien avec notre mission et notre identité.

Qui, quoi d’autre sommes-nous appelés à être, à devenir ?

Chaque niveau logique de la pyramide influe sur ce qui se trouve en dessous de lui.

Notre vision définit notre identité qui communique nos croyances. Nos croyances influent sur nos capacités qui dictent nos comportements ayant eux-mêmes un impact sur notre environnement.

Cette logique fait en sorte que, lorsque nous définissons un objectif à atteindre (à titre personnel, dans le cadre d’une équipe, ou plus largement d’une organisation), il convient d’abord et avant tout d’identifier le niveau logique qui subira le plus d’impacts en raison de cet objectif. L’enjeu se trouve-t-il au niveau d’un comportement à améliorer ou à changer ? Est-il lié à l’acquisition ou l’amélioration de certaines capacités ? Cet enjeu est-il associé à des croyances, des valeurs que nous possédons ? Est-ce un enjeu identitaire ?…

En fonction du niveau logique ciblé, il sera alors pertinent de travailler sur le ou les niveaux supérieurs dans le but d’avoir un impact maximum sur le niveau à faire évoluer.

Parmi ces 6 niveaux logiques, un seul fonctionne dans les 2 sens, en impactant autant les niveaux au-dessus et en dessous de lui : les valeurs/croyances.

Lorsque nous utilisons la pyramide des niveaux logiques dans l’analyse du type d’approche (optimiste, pessimiste ou réaliste) appliqué à une situation ou un événement, le niveau des croyances/valeurs s’avère souvent comme étant le plus influent.

Ces croyances/valeurs sont issues de nos expériences passées ou actuelles, de notre éducation, de nos apprentissages, de notre culture, des épreuves que nous avons traversées ou que nous traversons actuellement. Elles se sont ancrées en nous comme des programmes informatiques sur un disque dur. Et comme nous adoptons des comportements cohérents avec nos croyances, ces dernières influencent notre vision et notre interprétation des situations auxquelles nous sommes confrontés et sur la communication verbale ou non verbale que nous utilisons.

Quelqu’un pour qui la vie est une succession de difficultés à surmonter, d’échecs plus ou moins importants, d’enjeux de santé à gérer, ou qui traverse une phase de vie difficile, va avoir une tendance naturelle à imaginer l’issue d’une situation à risque de manière pessimiste. Une autre personne pour qui la vie est un long fleuve tranquille sans enjeu majeur se dira instinctivement que cette situation « à risque » a toutes les chances de se terminer de manière positive et sans conséquence fâcheuse.

Entre les lunettes roses de l’optimiste ou celles plutôt grises, voire noires, du pessimiste, il n’y a pas de posture miracle. La personnalité et les croyances de chacun prédominent dans chaque situation.

S’il parvient à combiner l’approche positive de l’optimiste avec celle négative et inquiète du pessimiste, le réaliste semble être le plus apte à tirer son épingle du jeu dans la représentation d’une réalité parfois subjective.

Dans tous les cas de figure, seule l’issue d’une situation abordée de façon optimiste, pessimiste ou réaliste démontrera laquelle de ces 3 approches a été la plus adaptée. Mais là encore, les croyances de chacun referont surface pour analyser, expliquer et démontrer le bien-fondé et la justification de chaque approche.

Philippe Satre

Au cours de ses 25 années d'implication en management organisationnel et gestion du changement au sein d'entreprises œuvrant en technologies de l'information, Philippe a toujours mis l'humain et la communication au premier plan de ses actions et de ses priorités. Aujourd'hui coach professionnel certifié en PNL, il accompagne les organisations, les équipes et les individus dans l'atteinte de leurs objectifs de performance organisationnelle et d'évolution humaine.

Read more

La transmission de l’information en temps de crise — le message

La transmission de l’information en temps de crise — le message

Samuel Maugard Consultant en marketing et communication

« Trop d’informations tue l’information. »

Noël Mamère/La dictature de l’audimat

Aujourd’hui, nous entendons souvent parler de fake news, (désinformation) dans la société civile autant que dans les entreprises. Les outils facilitant la communication se multiplient, mais celle-ci n’est pas pour autant plus efficace. Nous n’allons plus vers l’information : elle vient à nous insidieusement, captée par plusieurs de nos sens, propulsée au moyen de médiums d’information, comme les podcasts, les vidéos, les articles.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

L’utilisation massive des réseaux sociaux, la multiplication des sources d’information indépendantes et la facilité de l’accès à l’information ont créé cette information présente en quantité industrielle. Mais l’envers de la médaille a été l’apparition de beaucoup de bruit et de parasitage entre l’interlocuteur et le destinataire du message.

La crise de la COVID-19 a amplifié le bruit même en entreprise

Tout leader, dans une communication de crise comme nous le vivons actuellement, doit apporter des réponses. Elles doivent être claires et précises, et quand il n’a pas l’information, le leader ne peut pas interpréter ou extrapoler, au risque de provoquer de la désinformation (influencer des opinions sur des bases informatives partiellement ou complètement fausses). En effet, répondre que nous ne connaissons pas la réponse est plus acceptable que l’improvisation et le risque de fournir une mauvaise réponse. Et quand il n’y a pas de communication claire pendant une crise, c’est aussi une forme de communication…

La théorie du message

Le message, c’est une information à faire circuler. Dominique Wolton[1], a dit que la « croissance de l’information et sa multiplication, comme l’hétérogénéité des récepteurs rendent finalement visible cette dissociation entre information et communication [2]» pour en venir au fait que nous avons longtemps pensé que l’information créait la communication.

Claude Shannon [3]a schématisé l’information, pour révéler qu’elle est un processus en plusieurs étapes, comme nous le voyons dans le tableau suivant :

Tableau 1 : le schéma de Shannon. Source : The mathematical theory of communication

Ainsi, nous constatons facilement à partir de quelle étape il nous faut nous pencher pour bien assimiler le message. L’émetteur et le récepteur doivent avoir les mêmes grilles de lecture et il faut faire en sorte que le bruit, qui est nuisible au message, soit réduit un maximum. Les réseaux sociaux ou les médias traditionnels sont les canaux, c’est à cet endroit que le bruit sera un facteur décisif dans la bonne captation du message.

La boucle de rétroaction

Harold Dwight Laswell [4]a modélisé cette communication sous la forme d’une question : Who says What to Whom in Which channel with What effect [5].

Quant à Norbert Wiener[6], il apporte quelques éléments nouveaux sur cette théorie, avec le système de feedback[7]. L’action d’un élément sur un autre va entraîner une réponse de ce dernier vers le premier. C’est ce que l’auteur a appelé la boucle de rétroaction.

De peur de tomber dans l’oubli, la plupart du temps, pour s’ancrer véritablement dans le temps, les messages doivent s’inscrire dans la durée.

C’est la redondance du message qui permettra la mémorisation de ce dernier. C’est ce qui explique qu’une entreprise doit bien choisir sa ligne éditoriale, car c’est un engagement sur la durée et cela influence la manière dont l’entreprise sera perçue. Le message doit être clair.

Ainsi, nous distinguons plusieurs types de feedback :

  • Le feedback négatif : la réaction du récepteur fera en sorte que l’émetteur corrige son message.
  • Le feedback positif : la réaction du récepteur va renforcer l’action de l’émetteur.

Les différents types de bruit

Warren Weaver [8]va introduire au schéma de Claude Shannon, deux nouveaux éléments : le bruit sémantique[9] et le récepteur sémantique.

  • Le bruit sémantique peut entraîner des distorsions de signification ou des phénomènes de perturbations (langage, culture, signification différente des mots).
  • Le récepteur sémantique, lui, va se trouver entre le bruit technique et la cible du message, le dernier maillon de la chaîne. Ce récepteur va soumettre le message à un deuxième décodage pour attribuer un sens au mot constitué et l’adapter à la sémantique du destinataire.

Ainsi on retrouve davantage d’intermédiaires pour faire passer le message et celui-ci traverse beaucoup plus difficilement le processus sans changement notable.

Tableau 2 : le schéma de Weaver. Source : Théorie de la communication et politiques

Paul Lazarsfled et Elihu Katz, deux sociologues américains, parlent d’une communication à double étage. Devant le nombre important de supports de communication, le message est biaisé et s’estompe jusqu’à devenir inaudible lorsque rendu à sa cible. Ainsi, le message passera par un deuxième canal plus près de la cible, qui sera un relais du premier en tant que guide d’opinion. George Lewi dit qu’il y a « compréhension quand il y a correspondance entre le sens du message attribué par la source et celui attribué par l’audience ».[10]

L’information peut être addictive comme une drogue

Ainsi, la multiplication des supports d’information, le multiculturalisme, l’instantanéité de l’information crée une incompréhension et une distorsion du message initial.

En temps de crise comme nous le vivons actuellement, il est primordial de prendre le temps de vérifier les sources d’information, d’éviter la surexposition à l’information et de prendre du recul sur celle-ci. Parce que le besoin de recevoir de l’information peut rapidement devenir envahissant.


[1] Directeur de recherche au CNRS en sciences de la communication.

[2] WOLTON, Dominique (2004) Information et communication : dix chantiers scientifiques, culturels et politiques, paru dans Hermès. La revue, no 38, Les sciences de l’information et de la communication, pages 175 à 182.

[3] Ingénieur en génie électrique et mathématicien américain.

[4] Spécialiste américain de la communication de masse et de la science politique.

[5] LASWELL, Harold, Propaganda Technique in the World War,1927, Kegan Paul, Trench, Trubner & Co., Ltd, London, England, 256 pages.

[6] Mathématicien américain, théoricien et chercheur en mathématiques appliquées

[7] Cybernétique et société (1952, rééd. 1971), Union Générale d’Éditions, Collection 10/18 ; nouvelle traduction, 2014, Coll. Points,

[8] Scientifique américain, mathématicien et administrateur de la recherche

[9] Warren Weaver dans Marketing et Communication politique : pratiques et théorie.

[10] LACOEUILHE, Jérôme, Georges LEWI, Branding management : La marque, de l’idée à l’action, Pearson Education France, 2012.

Read more